Ile visitée en 2007, 2008, 2009,
2010 et 2014

Promenades et randonnées à SYROS

HOME

INFORMATIONS GENERALES

LINKS SYROS

BATEAUX SYROS
   -
Vassilikos: toutes les liaisons
   - Blue Star Naxos
   - Blue Star Paros
   - Blue Star 1
   - Artemis

   - Nissos Mýkonos

CARTES

PROMENADES

(dernière mise à jour le 6 décembre 2014)

*** = très beau

**** = exceptionnel

NNN = nouveau en 2014


1. Ano Sýros ***

2. Chalandrianí - Kastrí et retour ***

3. Ermoúpolis - Panachrántos -  Richopó - Platý Vouní - Glysoúra - Kastrí - Chalandrianí ***

4. Ermoúpolis - Panachrántos -  Richopó - Platý Vouní - Glysoúra - Kastrí et retour ***  NNN

5. Kámbos - Gría Spília - Grámmata et retour ***

6. Kámbos - Cap Diapóri et retour ***

7. Kámbos - plage de Lía et retour

8. Kíni - Delfíni - Varvaroússa et retour

9. Kómito - phare de Viglostási et retour

10. Les moulins autour d' Ano Sýros

11. Papoúri - Varvaroússa et retour ***

12. Papoúri - Aetós et retour ***  NNN

13. San Michális - Kastrí et retour

Tout comme l' île de Pàros, Sýros (ou Sýra, comme l' appellent les habitants eux-mêmes) peut être considéré comme le centre des Cyclades. La capitale  Ermoúpoli est d' ailleurs la capitale administrative du Nómos (préfecture) des Cyclades. 

Sýros est situé au milieu des Cyclades du nord, et plus précisément entre les îles de Kéa - Kýthnos - Sérifos - Sífnos (les contreforts de la péninsule d' Attika) d' un côté et des îles d' Andros, de Tínos et de Mýkonos (les contreforts de la chaîne montagneuse de l' île allongée d' Evia ou Euboia) de l' autre côté. Le port d' Ermoúpoli est donc la plaque tournante entre ces îles du nord.

Sýros se trouve sur la route maritime très fréquentée vers Mýkonos: l' île est donc facile d' accès à partir du port du Pirée - les bateaux Highspeed et les navires modernes comme le Blue Star Ithaki assurent des liaisons rapides avec Mýkonos, qui passent par Sýros et Tínos.
Les deux bateaux Aqua Jewel et Artemis (successeurs des petits Panagía Chozoviótissa et Panagía Tínou) ont comme port d' attache Ermoúpolis: ils assurent tout au long de l' année des liaisons pleines d' imagination avec Náxos et Páros, avec Kýthnos, Kéa et Lávrio, avec Sérifos, Sífnos, Milos et Kímolos et même avec Ios, Síkinos, Folégandros, Santoríni et Anáfi....

En beaucoup de domaines, Sýros est une île cycladique atypique. Premièrement, la capitale d' Ermoúpoli compte quelque 14 000 habitants (en 1991), ce qui en fait la ville la plus grande de toutes les Cyclades. En dépit de sa superficie assez modeste de 84 km², l' île de Sýros est également l' île la plus peuplée des 24 îles habitées des Cyclades – le nombre d' habitants (19 870) dépasse de loin celui de l' île de Náxos (14 840), qui est cinq fois plus grande.

De toutes les Cyclades, Sýros est la seule île qui possède un secteur industriel: à la suite des chantiers navals, toute une série d' autres industries s' y sont installées, particulièrement dans les années 1860 - 1870. In 1856 déjà, la fameuse “Greek Steam Company” s' est établie à Sýros et dans les années qui suivaient des milliers de navires ont été bâtis dans les chantiers navals de Sýros. Le résultat a été qu' Ermoúpoli est devenu le centre commercial et industriel le plus important de toute la Grèce. La ville est restée le port le plus important de la Grèce jusqu' à l' ouverture du canal de Corinthe (en 1893), ce qui a entraîné une nouvelle prospérité du port du Pirée.

Ermoúpoli n' est pas seulement la plus grande agglomération des Cyclades, mais le réseau routier également est le plus développé de toutes les îles. Ceci est particulièrement frappant dans le sud de l' île, que l' on appelle Káto Meriá, la région qui se trouve au sud de la ligne imaginaire qui relie les baies profondes d' Ermoúpoli sur la côté est et de Fínika sur la côte sud-ouest. Le nord par contre, les Ano Meriá, est beaucoup moins urbanisé - c' est aussi la région où se trouvent les sommets les plus élevés, comme le Sýringas (434 m) et le Pýrgos (442 m); c' est ici que l' on trouve la plupart des randonnées.

Sýros s' est aussi distingué à cause du développement culturel important au 19ième siècle, avec des hommes comme l' écrivain Roïdis ou le poète Vikélas. Le premier gymnásio de la Grèce indépendante a été ouvert à Sýros, en 1839. L' théâtre Apólloon, une réplique de la Scala de Milan, a également joué un rôle important dans dans le développement culturel extraordinaire.

A l' opposé de l' histoire des deux siècles derniers, l' histoire ancienne de Sýros s' est déroulée parallèlement aux autres îles cycladiques. L' île a connu une prospérité remarquable dans les années 3200 - 2000 av. J.-C. avec les sites archéologiques de Kastrí et de Chalandrianí (dans le nord de l' île). Dans la période classique par contre, l' île de Sýros n' a joué aucun rôle important, mais elle a connu un renouveau dans la période hellénistique (4ième siècle av. J.-C., avec les trouvailles à Grámmata). 
Après la 4ième croisade, en 1204, Sýros a été annexé par Marco Sanudo, le duc latin de Náxos, comme beaucoup d' autres îles. C' est dans cette période qu' Ano Sýros a été fondé: on peut toujours voir une grande influence vénitienne dans le kástro. 
Dans ces temps-là, l' île est devenue un bastion du catholicisme, ce qui lui a valu le surnom de "île du pape". Même après la conquête par les Turcs, en 1537, l' influence catholique est restée très forte, grâce aux traités particuliers entre le sultan et le roi de France; les ordres religieux des Jésuites, des Capucins et des Ursulines étaient très florissants.
Pendant la guerre d' indépendance, des exilés provenant entre autres de l' Asie Mineure ont trouvé un refuge dans l' île de Sýros. Ainsi a été fondée la ville d' Ermoúpoli, plus proche de la côté qu' Ano Sýros.

Ermoúpoli n' existait donc pas avant la révolution grecque: la ville n' a été fondée que dans les années 1820, comme une sorte d' extension de l' ancien village d' Ano Sýros. Dans le courant de quelques années seulement, une ville moderne, avec son port, ses banques, ses écoles, ses imprimeries, ses théâtres et beaucoup de bâtiments classicistes, émergeait dans le paysage en forme d' amphithéâtre, dominé par deux collines. Tout ceci donne à la ville un imposant caractère et une certaine grandeur. En 1829, Ermoúpoli comptait déjà 13 000 habitants, dont le tiers étaient des réfugiés. L' église de l' Anástasi, qui domine l' une des deux collines de la ville, date de 1824. 
Les demeures somptueuses donnent toujours à Ermoúpoli un aspect qui évoque le 19ième siècle. C' est particulièrement le cas dans le quartier de la grande place Miaoúli, une des plus grandes places de toute la Grèce, avec son imposant hôtel de ville. Il est très agréable de flâner dans les rues avoisinantes, avec son théâtre Apollon remarquable (1862-1864) et son église Agios Nikólaos (1848). Pour arriver près de l' église de l' Anástasi, la métropole de Syros (qui date de 1824), il faut grimper vers le sommet de l' une des deux collines.
Un peu à l' écart,  l' ancien village d' Ano Sýros est situé sur l' autre colline et est dominé par l' église catholique de San Tsorízi (Agios Geórgios). Il y a quelques autres églises catholiques et plus bas sur la colline il y a le village typiquement cycladique, avec beaucoup de ruelles étroites et des rues en escalier.
L' autre côté de la large baie d' Ermoúpoli est dominé par le Neório, le grand chantier naval qui a été bâti en 1860 par la Greek Steam Company.

Le tourisme international n' a pas réellement découvert Sýros, mais les touristes grecs viennent assez nombreux, parce qu' ils aiment bien l' atmosphère d' Ermoúpoli et aussi les belles plages, qui se trouvent surtout dans la moitié sud de l' île. Galissás, Fínikas, Posidonía et le petit village de Kíni, situés sur la côte ouest, et Vári, Méga Gialós et Azólymnos, sur la côte sud-est, possèdent des plages très attrayantes.

Des restes d' établissements de l' Age de Bronze (3200 - 2000 B.C.) ont été trouvées sur la hauteur de Kastrí (accessible uniquement à pied) et à Chalandrianí (avec plus de 600 tombes).

C' est surtout la moitié nord de l' île qui se prête à des randonnées très belles. Cette partie de Sýros a en effet conservé son caractère sauvage et elle est très peu habitée. Quelques-unes de ces randonnées sont numérotées; on peut les trouver sur la bonne carte d' Anávasi, ainsi que sur la carte moins détaillée n° 104 dans la série Road.
Le numérotage des promenades, repris sur la carte Anávasi, est assez étrange: on dénombre 5 randonnées balisées avec un signe rouge et blanc, 6 randonnées avec un signe jaune et blanc et 6 randonnées "vertes" sans signe aucun. Sur le terrain, ces marques sont très clairsemées, tandis que quelques randonnées, comme celles partant de Chartianá, sont tout à fait introuvables.
Au printemps de 2009, on a vu la parution d' une belle carte de Sýros dans la série de Terrain Maps - elle est très agréable et encore plus précise que la carte Anávasi, surtout lors du début de la promenade de Delfíni à Varvaroússa et en ce qui concerne le cours de la randonnée Papoúri - Varvaroússa/Aetós.

Les promenades à faire sont:

- la longue, mais très belle randonnée à partir d' Ermóupoli jusqu' à Kastrí et Chalandrianí (la succession des promenades n° 1, 2 et 3 (balisées rouge et blanc) et des promenades vertes n° 1 et 2) ou la variante de cette promenade jusqu' à Kastrí et retour
- la promenade très solitaire qui part de Kámbos pour aller vers le cap de Diapóri, au nord (la promenade n° 5, balisée avec le signe rouge et blanc) ou la randonnée de Kámbos vers la plage de Grámmata  (au début la promenade [5], puis la promenade jaune et blanche [1]
- la belle promenade qui part de Papoúri et qui mène vers les magnifiques plages de Varvaroússa et d' Aetós. 

Depuis le 1 janvier 2004

vous êtes le visiteur n°  

free hit counter

 

Vue panoramique d' Ermoúpoli

Vue panoramique d' Ano Sýros




La place Miaoúli à Ermoúpoli

 

Vue panoramique de la baie d' Ermoúpoli

La plage de Lía

La hauteur de Kastrí

La plage de Galissá


La côte occidentale de Sýros

 

Le monopáti vers Diapóri

Un panneau de promenades sur le chemin vers Lía


La crevasse de Schizoménes